Rechercher dans les dossiers :
 
Les bois de structure
 L'offre de bois de structure

L’offre de bois est variée et couvre, par ses nombreuses spécificités, un large spectre d’applications.

Retrouvez ici les principaux bois de structure mis en œuvre dans la construction bois et leurs caractéristiques :

   - Bois massifs structuraux,
   - Bois ronds structuraux,
   - Bois massifs aboutés,
   - Bois massifs reconstitués (BMR) ou bois contrecollés,
   - Lamibois (LVL),
   - Bois reconstitués PSL et LSL,
   - Bois lamellés-collés,
   - Poutres composites à membrures en bois ou matériaux dérivés,

et téléchargez leurs caractéristiques.
Pour plus de précisions, consultez les fiches établies par le CTBA, en ligne sur le site du CNDB.

 

 

détail-bois-source-CNDB

photo : crédit CNDB

 
 Les conditions d'usage des bois

Pour choisir les bois appropriés, différents classements et réglementations existent, parmi lesquels :

- Le classement catégoriel
- Le classement d'aspect des bois
- Le classement mécanique ou structurel
- Les classes d'emploi des bois

- Le classement catégoriel :

Les bois sont classés par essences, aux caractéristiques analogues. 

On distingue en premier lieu
- les bois de pays ou bois de France,
- les bois d’importation ou bois étrangers, parmi lesquels sont identifiés les bois du Nord (origine scandinave et russe) et les bois tropicaux.
 
Les essences répondent à deux catégories : les feuillus et les résineux. Cette distinction est principalement liée à la structure du bois et aux caractéristiques physiques qui en découlent.

Les principaux résineux sont le douglas, l’épicéa, le mélèze, le pin maritime, le pin sylvestre et le sapin.

- Le classement d'aspect des bois : 

Il répond à des exigences esthétiques. Ce classement répond à des normes européennes.
Il prend en compte la présence, la taille et la répartition des singularités du bois sur les différentes faces (tels les nœuds, les flaches, les gerces et fentes, les poches de résine…), ainsi que les altérations naturelles dues aux champignons et aux insectes.
 
Pour en savoir plus, téléchargez la note explicative sur le site du CNDB.

Le CTBA définit 6 choix selon les usages, pour les bois résineux (Sapin, Épicéa, Pin maritime, Pin sylvestre, Pin noir, Pin laricio et Douglas).

Classement  d’aspect du CTBA
Emploi
0A
Ameublement, menuiserie fine, décoration
0B
Menuiserie intérieure et extérieure, fermetures
1
Menuiserie courante, charpente choisie, charpente industrielle, lamellé-collé
2
Menuiserie courante, charpente traditionnelle, charpente industrielle, lamellé-collé, ossature bois
3A
Caisses, emballages, palettes
3B
Coffrages

La norme européenne des bois résineux définit, elle, 5 classes [01234].

- Le classement mécanique ou structurel :

La fonction principale des bois de structure est de résister aux actions appliquées à l’ouvrage. Il faut donc en connaître les propriétés mécaniques avant leur mise en œuvre. C’est l’objet du classement mécanique (norme NF EN 338) qui répertorie les bois en lots aux résistances équivalentes. Chaque pièce subit un essai mécanique non destructif en flexion, associé à une mesure complémentaire des caractéristiques physiques.

Les classes de résistance sont différentes selon les essences de bois. Elles sont désignées par une lettre : C pour les résineux, D pour les feuillus et GL pour les lamellés-collés. Un nombre correspond ensuite à la contrainte de rupture en flexion du bois. Plus ce nombre est grand, plus la résistance au bois est élevée. Par exemple, C30 signifie que la pièce résiste à une pression de 30 Mpa (méga pascal) en flexion.

Les classes des résineux sont généralement C18, C24 et C30 et celles des feuillus, D30 et D35. A titre indicatif, voici les classes maximales des principales essences utilisées en construction :

Essence de bois
Classe maximale
sapin, épicéa, mélèze
C30
douglas, peuplier
C24
pins (sylvestre, …)
C30
western red cedar
C18
châtaignier
D30
robinier, chêne
D35
En ossature et charpente, ce sont majoritairement les bois résineux qui sont utilisés.

  - C18 convient aux charpentes traditionnelles,
  - C24 convient aux charpentes industrielles (fermettes), bois d’ossature et lamellé-collé, 
  - C30 répond aux exigences des charpentes lamellé-collé à hautes performances.

retour haut de page

- Les classes d'emploi des bois :

Par classe d’emploi, on entend le lien entre la durabilité d’un bois et son utilisation.
L’Union Européenne a défini 5 classes d’emploi (norme NF EN 335-1) qui permettent d’évaluer les risques potentiels auxquels le bois peut être exposé.
Connaître la classe d’emploi permet de déterminer l’essence durable à utiliser ou le traitement à mettre en œuvre avant utilisation.

Les classes de risques d'après la norme NF EN 335-2 :

Classes
Situation en service
Exemples d'emplois
Zone sensible
 
Risques biologiques
 
1
Bois sec, humidité toujours inférieure à 20 %
Menuiseries intérieures à l'abri de l'humidité : parquets, escaliers intérieurs, portes, lambris...
2 mm
  • insectes
  • termites, dans les régions infestées
2
Bois sec
mais dont l'humidité peut occasion-nellement dépasser 20 %
Charpente, ossatures correctement ventilées en service
2 mm
  • insectes
  • champignons de surface
  • termites, dans les régions infestées
3
Bois à une humidité fréquemment supérieure à 20 %
Toutes pièces de construction ou menuiseries extérieures verticales soumises à la pluie : bardages, fenêtres ... Pièces abritées mais en atmosphère condensante
Toute la partie humidifiable de la zone non durable naturellement
  • pourriture
  • insectes
  • termites, dans les régions infestées
4
Bois à une humidité 
toujours supérieure à 20 %
 
Bois horizontaux en extérieur (balcons, coursives ...) et bois en contact avec le sol ou une source d'humidification prolongée ou permanente
Zone non durable naturellement
  • pourriture
  • insectes y compris termites
5
Bois en contact permanent avec l'eau de mer
 
Piliers, pontons, bois immergés
Zone non durable naturellement
  • pourriture
  • insectes
  • térébrants marins
Le tableau suivant donne la durabilité naturelle des résineux permettant d'utiliser le bois sans traitement dans les classes de risques :
Essences résineuses tempérées
 
Classe 1
(a)
Classe 2
(a)
Classe 3
(b)
Classe 4
(c)
Épicéa
non
non
non
non
Hemlock
non
non
non
non
Sapin
non
non
non
non
Pin noir d'Autriche et laricio
oui
oui
non
non
Pin Weymouth
oui
oui
non
non
Cèdre
oui
oui
oui
non
Douglas
oui
oui
oui
non
Mélèze
oui
oui
oui
non
Pin maritime
oui
oui
oui
non
Pin sylvestre
oui
oui
oui
non
Pitchpine
oui
oui
oui
non
Western red cedar
oui
oui
oui
non


(a) Sans limitation de durée de service.
(b) Pour des durées de service de l'ordre de 25 ans indépendamment de déformations à maîtriser séparément.
(c) Le comportement et la durée de service dépendent de nombreux facteurs liés au sol, climat, exposition, section de pièces, etc. L'appréciation est donnée ici pour une durée moyenne de plus de 10 ans sans attaque significative. Il n'est pas non plus tenu compte de la section des bois qui, toutes choses égales par ailleurs, peut retarder la rupture des pièces attaquées par la pourriture.

 

retour haut de page

 
Attention au taux d’humidité des bois de structure !

Les bois de structure doivent respecter un taux d’humidité maximum,
assurant leur bonne mise en œuvre et leur stabilité dans le temps :

 
Taux d’humidité
Classe d’emploi
Parquets, meubles
10 %
1
Revêtements intérieurs
12 %
1
Menuiseries intérieures
13 %
1
Charpentes intérieures,
éléments de toiture abrités
22 %
2
Ossature bois
18 %
2 ou 3
Menuiseries extérieures
15 %
3
Revêtements extérieurs
(bardages et clins)
18 %
2 à 4
Charpentes extérieures,
bandeaux
22 %
3 ou 4
Clôtures, passerelles extérieures,
caillebotis
22 %
4
Jetées, pontons de mer
15 %
5


Durabilités naturelles et imprégnabilité :
 
Les essences de bois sont caractérisées par différents classements :
classification de la durabilité naturelle vis-à-vis des champignons lignivores, vis-à-vis des capricornes, vis-à-vis des vrillettes, vis-à-vis des termites et classification d’imprégnabilité (propriété utilisée pour le traitement autoclave).

Voici la durabilité naturelle et l’imprégnabilité des bois résineux (EN 350-2) :

 
 
Champignons lignivores
 
Capricorne
 
Vrillette
 
Termite
 
Imprégnabilité
(traitement autoclave)
 
 
Durabilité naturelle du bois parfait
 
 
Durabilité naturelle de l'aubier
 
Durabilité naturelle de l'aubier
 
Durabilité naturelle du bois parfait
 
 
du bois parfait
 
de l'aubier
Douglas
moyennement à faiblement durable
sensible
sensible
sensible
non imprégnable
moyennement à peu imprégnable
Epicéa
faiblement durable

sensible
(1)

sensible(1)
sensible
peu à non imprégnable
peu imprégnable
Mélèze
moyennement à faiblement durable
sensible
sensible
sensible
non imprégnable
moyennement imprégnable
Pin maritime
moyennement à faiblement durable
sensible
sensible
sensible
non imprégnable
imprégnable
Pin sylvestre
moyennement à faiblement durable
sensible
sensible
sensible
peu à non imprégnable
imprégnable
Pin noir et laricio
faiblement durable
sensible
sensible
sensible
peu à non imprégnable
imprégnable
Sapin
faiblement durable

sensible
(1)

sensible(1)
sensible
moyennement à peu imprégnable
moyennement imprégnable
Western red cedar
durable
sensible
sensible
sensible
peu à non imprégnable
peu imprégnable

Le bois parfait n'est, en général, pas sensible au capricorne et à la vrillette.
(1) Pour ces essences, le bois parfait est sensible, comme l'aubier.

retour haut de page

 
Les traitements préventifs :
 
Le bois, matière ligno-cellulosique, constitue un aliment pour les larves et les insectes xylophages, ainsi que pour les champignons lignivores. Pour certaines mises en œuvre, il est parfois nécessaire de le traiter. Plusieurs traitements existent pour des essences et des usages différents.
 
A noter que :
- les risques d'attaques biologiques sont souvent directement liés à l'humidité contenue dans le bois. La conception et la mise en œuvre de l’ouvrage éviteront qu’il soit soumis à une humidification de longue durée.
- les conditions favorables à leur propagation correspondent souvent à une mauvaise hygiène ou à une absence d'entretien des ouvrages, qui entraînent une humidification prolongée du bois.
 
La résistance du bois est variable selon les essences. Lorsque la durabilité naturelle est insuffisante par rapport aux risques encourus, seule l'application d'un traitement de préservation pourra assurer la protection nécessaire, à condition que la pénétration des produits de traitement dans le bois soit suffisante. Celle-ci dépend de l'imprégnation du bois qui, elle aussi, est variable selon chaque essence.
 
Les traitements de préservation :
 
Les produits insecticides et fongicides appartiennent à deux catégories :
- les solvants organiques, dérivés du pétrole, plutôt utilisés dans l'industrie.
- les produits hydro-dispersables - huiles en émulsion dans l’eau - utilisés pour le traitement du bois par les charpentiers. Ils répondent aux exigences des classes de risque 1 et 2.
 
Le choix du traitement et son mode d’application est fait selon la nature du bois et la classe d’emploi à laquelle il est destiné. Cette dernière est déterminée par l’humidité à laquelle le bois est exposé et par la fréquence d’exposition aux agents de dégradation.
 
La mise en œuvre des produits de traitements préventifs du bois avant son utilisation peut se faire par différents procédés assurant la pénétration et la fixation du produit :

    - Le trempage court.

    - L’imprégnation profonde par autoclave vide et pression : un traitement recommandé pour les bois exposés aux conditions rigoureuses, en contact avec le sol et/ou les sources d'humidité (bois pour les charpentes, bardages, caillebotis, hangars, appontements, poteaux, ...).

    - Oléo-thermique : le bois devient hydrophobe et quasi insensible aux micro-organismes. Ce traitement est utilisé pour des bois en extérieur (classe 3).

    - Thermique / rétification : le principe est de « cuire » le bois, qui devient presque noir. Ce traitement est conçu pour des bois d’extérieur ; il utilise des essences locales, évitant le recours aux bois exotiques.

Ce dossier a été réalisé avec l'aimable contribution du CNDB.

retour haut de page

RECHERCHER 
NOS AGENCES INFOS PRATIQUES ESPACE PRO CONTACT A LA UNE DIAGNOSTIC ENERGETIQUE Visite virtuelle de maisons bois
©2009 MOBOA | Réalisation INTERPROS
Mentions légales - Optimisation - Liens utiles - Plan du site - Contact - Espace presse - Crédits photos