Rechercher dans les dossiers :
 
Concilier gestion d'énergie et confort avec l'architecture bioclimatique

En France, d’après les données du CSTB (Centre Scientifique et Technique du Bâtiment), l’habitat et le secteur tertiaire absorbent à eux seuls 46 % de la consommation nationale d’énergie, soit nettement plus que dans de nombreux pays voisins. Selon l’observatoire INSEE de l’énergie, la consommation moyenne du parc de bâtiments existants dépasse les 250 kWh par m² et par an, un niveau trop élevé que le CSTB propose de fixer à 50kWh / m² / an en 2025 ! 
La solution se trouve peut être dans l’architecture bioclimatique et l’éco-construction. Une conception bioclimatique est un des meilleurs moyens de créer une ambiance confortable tout en maîtrisant les consommations d’énergie.

La construction et le tertiaire plus gros consommateurs d'énergie

Elle permet également de concrétiser d’autres cibles de la démarche HQE®, telles que l’intégration dans l’environnement, le confort acoustique, le confort visuel, la qualité de l’air… Une conception bioclimatique est une approche synthétique concernant un bâtiment dans sa globalité, son implantation, orientation, volumétrie, choix constructifs, façades, vitrage…Le concept répond à deux objectifs. D’un coté, il intègre une dimension de protection de l’environnement (stricte réduction de consommation d’énergie, recours privilégié aux produits naturels, minimisation des déchets générés lors du chantier) et de l’autre, le confort et la santé. En effet, construire sain et écologique ne signifie pas abandonner son confort !

Le bois, atout de l’éco-construction

L’architecture bioclimatique fait appel au bois, mais pas seulement. Aujourd’hui, on y associe d’autres matériaux pour obtenir des constructions qui favorisent les économies d’énergies, mais il reste encore le matériau majeur. Par exemple, on associe à la structure bois des serres à énergie solaire et on utilise du chanvre pour l’isolation. Le bois est plébiscité car il permet de répondre aux exigences de la basse énergie.

En effet, il suffit d’augmenter l’isolant pour amener une maison à structure bois à atteindre les performances requises, alors que pour un autre système constructif, cela nécessite une véritable révolution technologique (par exemple, pour un système maçonné, on doit repenser la gestion des pont thermiques et éventuellement changer le type d’isolation.)

Allier confort d’hiver et confort d’été

L’architecture bioclimatique fait appel au bon sens. Le but est de récupérer au maximum les apports solaires en hiver et de réduire ces mêmes apports l’été en limitant les rayonnements solaires directs dans les locaux. 
On fera donc en sorte d’orienter le bâtiment pour profiter au maximum de l’énergie solaire passive et en hiver, et économiser jusqu’à 30 % d’énergie. Si le confort d’été est prioritaire, on évitera les orientations ouest et sud, surtout en présence de grandes baies vitrées.

Dans le logement, chaque zone de vie doit être positionnée en fonction du moment de la journée où on y passe le plus de temps. Des protections solaires fixes, véritables éléments architecturaux, peuvent être prévues au niveau de la construction : pare-soleil, brise-soleil, avancées de toiture, décrochement de façade. Il est également opportun de planter des arbres à feuilles caduques qui laissent passer les rayons du soleil l’hiver. Une végétation de toiture ou de la façade, participe à l’effort de fraîcheur.

 PAGE SUIVANTE : Des investissements synonymes d’économie !

RECHERCHER 
NOS AGENCES INFOS PRATIQUES ESPACE PRO CONTACT A LA UNE DIAGNOSTIC ENERGETIQUE Visite virtuelle de maisons bois
©2009 MOBOA | Réalisation INTERPROS
Mentions légales - Optimisation - Liens utiles - Plan du site - Contact - Espace presse - Crédits photos